Réfléchir avant d’agir fait avancer plus vite


L’envie d’entreprendre, de rebondir ou de développer son activité, est souvent mue par un désir qui n’attend pas. On aimerait que tout se passe vite.

Quand une idée vous emballe et que vous décidez de la transformer, l’urgence de la concrétiser devient un moteur qui parfois occulte ce qu’il est nécessaire de préparer.

Prendre le temps de la réflexion est primordial. Se poser toutes les questions liées à l’aventure dans laquelle vous plongez. Ce n’est pas anodin. Lorsque l’enjeu économique est au bout, la moindre des choses est de ne pas foncer tête baissée, mais d’avancer avec méthode :

Être organisé est la base.
Faire une veille utile.
Discerner, étudier, comparer, imaginer.

Réfléchir avant d’agir permet d’avancer plus vite

Même si votre projet n’est pas encore concret, son idée a déjà de la valeur pour vous, parce que vous le portez dans votre cœur. La confiance en soi, la motivation, la valeur affective sont des notions nobles. Reste que votre projet a besoin d’une « valeur ajoutée » qui puisse le faire fonctionner économiquement.

Ah ! la fameuse valeur ajoutée d’une start-up. En effet, la question simplissime est : quelle est sa valeur ajoutée ? (par rapport à ce qui existe déjà notamment). Comment trouver cette VA ? Ou ces VA, car il peut y en avoir plusieurs !

 

Comment je vais réussir à atteindre mon objectif ?

En commençant par se poser les bonnes questions :
quel est le contexte, qu’elle est ma situation, quelle est ma différence, qu’est-ce je suis, qu’est-ce que je fais, et qu’est-ce que je propose et qu’est-ce que j’apporte par rapport aux autres. Qu’est-ce que mon projet apporte de singulier, de novateur ? Qu’est-ce que j’ai que les autres n’ont pas ? Le fait d’arriver à répondre à ces questions permet déjà de poser les jalons. Bien sûr on a envie de foncer, tête baissée depuis la seconde où l’idée et la décision de la développer se sont imprimées dans votre esprit..

Mais aller trop vite risque parfois de multiplier les écueils, les échecs, comme par exemple le fait de mettre la charrue avant les bœufs : votre champ sera difficilement labourable alors. Et le temps, les efforts voire les deniers investis ne peuvent porter leurs fruits puisque tout est à recommencer.

Tout ça parce qu’au départ, vous vouliez récolter la moisson le premier en répétant à propos de certains points « on verra ça après « .

Gérer son temps, c’est aussi faire preuve d’intelligence. Un proverbe latin dit qui va piano va sano (qui va lentement va sûrement). Ce n’est pas pour rien que notre cerveau est notre meilleur allié.

La réflexion n’est pas une contrainte. C’est au contraire une nécessité qui vous éviter de perdre du temps.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *